Log in

Allah Thérèse, cette « stérile » qu’on n’oubliera pas!

  • Ecrit par 
  • Publié dans People

Chaque fois qu'on lui avait demandé la raison qui l'a poussée à entamer une carrière musicale de dimension nationale, Allah Thérèse a donné la même réponse.

Dans la culture baoulé, la mémoire d'une femme "sans progéniture" s'efface de la conscience collective aussitôt mise en terre, quand vient le jour de la mort. A l'instar de ses deux sœurs nées du même père et de la même mère, Kouadio Amoin et Kouadio Moh Zré, le sort a fait de Kouadio Allah Thérèse une femme stérile. Mais ce même sort lui a aussi donné un talent artistique, comme pour se racheter du préjudice causé.

Quand ce "talent de consolation" commença à éclore en 1950, l'emmenant à sillonner le Nzikpri N'vlé et le Wawlé minh, la stérile de KonankokoreKro s'est mise à rêver. Elle rêvait que ce précieux talent la conduise jusqu'à la radio nationale. Pour immortaliser la mémoire de son nom, en posant sa voix sur bande sonore, avant que la mort ne vienne à elle. La stérile voulait par là même se jouer de cette mort effaceuse du souvenir des "sans progénitures". Cette mort qui éteint la voix, mais à laquelle survit le crépitement indomptable du disque vinyle 33 tours. Ce qui representerait pour elle un magistral pied de nez, à la manière d'un trompe-la-mort, au sort qui l'attendait.

J'apprends à mon réveil ce 20 janvier 2020 que la mort est finalement venue à elle, pour appliquer son œuvre à Kouadio Allah Thérèse, en la faisant tomber, dans l'oubli. Mais en parcourant les réseaux sociaux, où interagit pourtant une génération peu au fait des gloires de son époque comme Leki Kouadio ou Kanga Behi, j'ai l'agréable surprise de constater que tous ne parlent que d'elle. Il m'est aussitôt revenu à l'esprit pourquoi elle était entrer en studio pour la première fois en 1956. J'ai alors pensé, un sourire rigoleur aux lèvres et le cœur étreint de joie : "Elle y est arrivée ! la stérile s'est bien jouée de la mort".

Dr N'goran BANGALI
Historien, enseignant-chercheur