Log in

JOSÉPHINE MYRTLE CORBIN, LA FILLE AUX 4 JAMBES, UN MODÈLE DE COURAGE

Joséphine Myrtle Corbin, atteinte d’une maladie rare appelé Dipygus, est né en 1868 avec 2 paires de jambes, 2 abdomens complet et fusionné comportant chacun un Utérus et un vagin. La cause, des jumelles qui ne sont pas développées entièrement pendant la grosses de la mère de Joséphine.

Si aujourd’hui la chirurgie réparatrice existe permettant aux personnes de différences physiques de se remodeler aux normes humaines qu’impose la société, il en était rien pour les personnes de cette époque. La plupart étaient obligé de vivre avec leurs malformations, il fallait donc les enlever du monde des Hommes normaux. Les plus chanceux finissaient leur vie au cirque, les autres étaient tué à la naissance.

A 13 ans Joséphine Myrtle Corbin, devenue la « fille aux 4 jambes », connue un énorme succès dans le cirque le plus populaire de l’époque.  

Les contemporains la décrivent comme une demoiselle Sympa très intelligente également extrêmement belle. Ce qui lui vaut de nombreux soupirants.  A 19 ans elle se marie avec James Clinton Bicknell.

Après son mariage Joséphine Myrtle Corbin a décidé de vivre normalement sa vie, au lieu de s’isole comme la société le veut, elle a eu le courage d’affronter le regard des autres. Elle eut 4 filles et 1 garçons, une vie normale et paisible et mourut à l’âge de 60 an.

Mots-clés associés

VIDÉO : VIOLENTS INCENDIES EN MARGE D'UN CONCERT DE FALLY IPUPA À PARIS, LA GARE DE LYON ÉVACUÉE

Plusieurs incendies ont été déclenchés vendredi en fin d'après-midi dans le 12e arrondissement de Paris en marge du concert de Fally Ipupa, star en République démocratique du Congo, à l'AccorHotels Arena à Bercy. La Gare de Lyon a été évacuée. Les pompiers ont pu maîtriser le feu.

Les pyromanes ont incendié plusieurs véhicules et du mobilier urbain. Sur les réseaux sociaux, les opposants au régime en place avaient multiplié les appels à manifester avec l'intention d'en découdre avec les spectateurs du concert, obligeant les autorités françaises à déployer un large dispositif sécuritaire.

Une vidéo montrant des manifestants empêcher les pompiers d'intervenir a été diffusée sur Twitter.

Mots-clés associés

UN ÉLEVEUR ÉCOSSAIS CONDAMNÉ POUR AVOIR FRAPPÉ DES MOUTONS

Un éleveur écossais a été condamné à une amende pour avoir frappé à coups de poing ses moutons en pleine tête, a annoncé mardi une association de défense des animaux, qui a publié des images des faits reprochés.

Agé de 59 ans, l'éleveur a plaidé coupable devant un tribunal du sud d'Edimbourg et a écopé d'une amende de 550 livres sterling (660 euros), selon la branche écossaise de la Société de prévention de la cruauté contre les animaux (SPCA).

Mots-clés associés

TRES BELLE HISTOIRE D'AMOUR: UN JEUNE DE 12 ANS PROTÈGE SON CHIEN DE SON PÈRE QUI LE BATTAIT

L'histoire a ému le Mexique. À seulement 12 ans, un enfant a pris la décision difficile d'abandonner son chien afin de le protéger. En effet, ce dernier était régulièrement battu par le père du jeune garçon.

Le chien a été retrouvé par le refuge Xollin, avec une petite note, dans une boîte en carton. Le petit Andrès avait écrit : « Tout cela est fait derrière le dos de mon père, car il pensait le vendre. Mais il bat et frappe toujours le chien. Une fois il l'a frappé si fort que sa petite queue s'est blessée ». Une fois mis en sécurité, l'animal a été examiné par le vétérinaire du refuge, qui a conclu que la queue du chien était fracturée. Il a également indiqué que ce dernier avait des parasites.  

PAS SEUL DANS SA BOÎTE.

Le chien, retrouvé dans une boîte en carton, n'était pas tout à fait seul. En plus de la note, il était accompagné d'une peluche. « Voici un jouet en peluche pour qu'il ne m'oublie pas », a expliqué le jeune garçon.

Une décision difficile donc pour l'enfant, qui a ajouté : « J'espère que vous pourrez l'aider et prendre soin de lui ». Heureusement, le chien ne devrait pas avoir de problème à trouver une nouvelle famille aimante. Son histoire ayant été publiée sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes ont proposé de l'adopter.

Mots-clés associés

UN MARIAGE DE SURPRISE A ABIDJAN

Si Diane et Landry ont décidé de se marier en février, c’est bien à cause de ce que représente ce mois, l’amour. Mais ils ne se doutent pas de la belle surprise que leur prépare le père de la mariée.

Tout commence en 2017.

Diane vit à Paris avec ses parents, et Landry lui travaille au Maroc. Les deux amoureux se rencontre pour la première fois à Abidjan en 2017.

« J’ai vu Diane sur une photo en statut de ma bonne petite du quartier, qui était allée les rejoindre à paris. Je lui ai demandé son numéro en 2015, c’est en 2016 que je l’ai eu et nous sommes rentré en contact » a affirmé Landry avant de nous dire par la suite que lui et Diane enchaînaient des voyages entre Paris, Maroc et Abidjan.

En 2019 à l’occasion du mariage d’une des grandes sœurs de Diane, la famille rentra à Abidjan. Landry quant à lui, rentre du Maroc et avec sa famille se présente aux parents de sa dulcinée. La première étape de la dot le ‘’kôkôkô’’ est ainsi fait.

« Après le kôkôkô, Landy et moi, avec la bénédiction de nos parents et familles, avons décidé de nous marier en 2020. Un petit mariage à 4 en attendant la dot et la cérémonie religieuse prévu en 2021 en pompe ». Pour Landry et Diane le programme de leur mariage est bien clair.

« Diane a souhaité se marier en février, pour elle c’est le mois de l’amour. Ce n’est pas mal d’ouvrir le mois avec notre mariage. Donc nous avons choisi le 1er février 2020 ». Ainsi, Landry déjà sur place à Abidjan, n’attend plus que l’amour de sa vie pour se marier.

Diane: « Bon moi, à paris je n’avais pas de permission donc j’étais même en service. Je ne me suis pas bien préparé, juste le temps de trouver une robe blanche quelque part là-bas. Le 31 Janvier, à midi mon père m’a déposé à l’aéroport de paris, nous nous sommes dit au revoir parce que toute la famille ne venait pas. Un mariage à 4 c’est dans la plus grande simplicité. »

Diane et Landry ne se doutaient pas un instant de ce qui se préparait dans leurs dos. Le père de Diane depuis Paris, contacte son petit frère, chef du village de Sikensi, lui demandant de le représenter, lui avec une délégation de la famille au mariage d’un soit disant jeune qu’il considèrerait comme son fils.

Les membres de la grande famille n’étant pas informé du mariage de leur nièce, décident de représenter le grand frère.

« Le jour du mariage, j’ai reçu un appel de mon beau. Je lui ai dit qu’on ne pouvait pas se voir. Nous nous sommes donc donné rendez-vous dans la salle d’attente de la mairie. A ma grande surprise ma belle Famille est là »     Landry, surpris, nous confie aussi, à ce moment que la famille de Diane se rend-compte qu’ils sont au mariage de leur fille.

De surprise en surprise, c’est au tour de Diane. A son entrée dans la salle elle est arrêtée par l’agent de la mairie qui lui demande une minute, le temps pour lui de trouver quelqu’un pour l’accompagner devant l’autel.

« Tout à coup, le petit frère de mon père me prend les bras. J’étais surprise j’ai commencé à trembler. Surprise et rempli d’émotion à la fois »

Et comme si cela ne suffisait pas, Diane curieuse de connaitre tous les membres de la famille présents au mariage elle tourne la tête et aperçoit son père et sa mère venu de Paris pour voir leur fille convoler en juste noce. voir la vidéo ici

Mots-clés associés

CAPABLE DE DÉTECTER LA MALADIE DE PARKINSON AVEC SON NEZ, ELLE FAIT AVANCER LA MÉDECINE

Joy Milne a un super-pouvoir : son odorat est beaucoup plus développé que chez les gens normaux. Ce qui lui a permis de faire avancer la recherche sur la maladie de Parkinson en devançant le diagnostic des médecins.

En effet, après avoir embrassé la carrière d'infirmière pendant 26 ans, l'Ecossaise de 69 ans se consacre désormais, avec l'aide d'une équipe de chimistes, à la création d'un nez artificiel capable de détecter cette maladie encore mal soignée aujourd'hui. Depuis sa naissance, Joy Milne est atteinte d'hyperosmie, un trouble qui lui donne la chance, ou la malchance, selon les situations, d'être très sensible aux odeurs, raconte l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qui lui consacre un très long portrait

Et la maladie de son mari, atteint de Parkinson et décédé depuis, lui a donné l'occasion de mettre ce don au service de la recherche. Un jour, alors que son mari avait environ 30 ans, elle détecta un changement dans son odeur. Un changement désagréable qu'elle seule pouvait sentir. Cette odeur nouvelle, qu'elle interpréta hier comme un manque d'hygiène momentané, est aujourd'hui reconnue comme étant l'un des premiers signaux de l'apparition de la maladie.

Avec les années, la maladie de son mari a été diagnostiquée et l'odeur s'est accentuée conjointement au développement de Parkinson. Un jour qu'elle l'accompagnait dans une réunion où plusieurs malades étaient là, Joy Milne s'aperçut que chacun d'entre eux sentait la même odeur. Elle décida d'en parler à des médecins.

En 2013, des professionnels lui firent passer un test. «On lui présenta 12 tee-shirts, six d'entre eux appartenaient à des patients atteints de la maladie de Parkinson et les six autres à des gens en bonne santé. Chaque tee-shirt était scindé en deux morceaux», décrit le journal allemand. Non seulement, Joy Milne a été capable de rassembler les vêtements mais en plus elle en identifia sept qui «sentait» la maladie de Parkinson. L'habitante de Perth en Ecosse a-t-elle fait une erreur en en désignant sept au lieu de six ? Pas du tout, plusieurs mois plus tard, le septième porteur identifié fut diagnostiqué comme atteint de la maladie.

«C'EST DU MUSC MAIS UN AUTRE TYPE DE MUSC»

Après la mort de son mari, en 2015, la retraitée accorda encore plus de temps à la recherche avec une équipe de chimiste de Manchester. Le but est de créer un nez artificiel : le docteur prélèverait un échantillon de sébum en haut du dos du patient, le transfererait sur une bande de papier, elle-même introduite dans l'appareil. Coût prévu de ce «nez» : 15.000 euros.

Même s'il n'offre pas de miracles pour les patients déjà atteint, cet outil pourrait aider à détecter bien plus tôt la maladie et donc à mieux connaître les mécanismes qui la déclenchent. En mars dernier, une étude, cosignée par Joy Milne, prouvait pour la première fois que l'odeur de la maladie de Parkinson avait sa propre signature moléculaire. la suite ici

Mots-clés associés