Log in

Adama, l'éboueur licencié pour avoir été pris en photo étendu dans une rue parisienne, vient de trouver du travail.

Bondy, vendredi 17 janvier 2020. Nabil Larbi (à droite), conseiller municipal de Bondy, s’est mobilisé pour aider Adama Cissé (au centre) à retrouver du travail. Il l’a reçu vendredi avec la maire PS Sylvine Thomassin (à gauche). DR Bondy, vendredi 17 janvier 2020. Nabil Larbi (à droite), conseiller municipal de Bondy, s’est mobilisé pour aider Adama Cissé (au centre) à retrouver du travail. Il l’a reçu vendredi avec la maire PS Sylvine Thomassin (à gauche).

Il y a une semaine, il s'inquiétait encore de savoir comment payer les couches et le lait pour son bébé de trois mois.

D'ici quelques jours, Adama Cissé va peut-être retrouver un emploi stable, un salaire, et la perspective d'une vie meilleure. Une entreprise qui tient à rester anonyme a promis de l'embaucher. « Quand j'ai annoncé la bonne nouvelle à ma femme, elle était si contente », confie-t-il, même si pour le moment, rien n'a encore été signé.

C'est dire si, en quelques jours, la vie de cet ancien éboueur parisien, habitant en Seine-Saint-Denis, a été chamboulée. Lundi dernier, Le Parisien révélait l'histoire de cet homme de 37 ans, licencié en octobre 2018 après avoir été pris en photo endormi sur le rebord d'une vitrine. Le cliché avait circulé sur Twitter, à l'insu d'Adama Cissé… Devant les prud'hommes de Créteil (Val-de-Marne), mardi dernier, ce dernier a attaqué son ex-employeur, Derichebourg Polysotis.

Jugement rendu le 19 juin

L'entreprise lui reproche d'avoir un comportement qui n'était pas conforme « au réglement intérieur et aux engagements de son contrat de travail » et d'avoir dépassé son temps de pause. Ce qu'Adama Cissé conteste. Le jugement sera rendu le 19 juin prochain.

Mais son sort a largement ému. L'avocat d'Adama Cissé, Joachim Scavello a reçu plusieurs appels d'interlocuteurs, réclamant le CV de son client, et désireux de l'aider. Parmi eux, un élu de Bondy, Nabil Larbi, s'était mis en tête de lui retrouver un travail. « J'ai été très touché ce qui lui est arrivé, et j'ai donc cherché une entreprise qui pourrait lui proposer un poste », explique ce conseiller municipal PS délégué à la gestion urbaine de proximité.

L'affaire n'a pas traîné. Ce vendredi, Nabil Larbi a demandé à la maire PS Sylvine Thomassin de le recevoir en compagnie d'Adama Cissé. Ensemble, ils ont téléphoné à un employeur, prêt à lui donner sa chance… tout en restant dans l'ombre - « pour éviter l'exposition médiatique », glisse Nabil Larbi. « Je n'ai pas encore signé mon contrat de travail, et je ne sais pas exactement quand je commencerai. On doit m'appeler pour me le dire, d'ici quelques jours j'espère ! », explique Adama Cissé. Habitant à Villemomble (et non à Gagny comme nous l'avions écrit par erreur), il devrait être en poste à proximité de Bondy, non loin de son domicile. « J'étais prêt à me déplacer loin pour travailler, mais si c'est près de chez moi, c'est encore mieux ! ».

Dernière modification le samedi, 18 janvier 2020 13:11